Patrick 27 juillet, 2018 0

Supprimer l’apparition de plaies avec le matelas clinique anti-escarre

Les personnes handicapées, fréquemment alitées ou immobilisées, encourent des risques d’attraper des escarres. En l’occurrence, avoir un matelas clinique anti-escarre permet de prévenir l’apparition de ces zones de plaie.

Les rôles d’un matelas anti-escarres

A vrai dire, un support médicalisé véritablement anti-escarres à 100% est inexistant. Les produits vendus en commerce sont prévus pour le soin et le traitement de ces plaies. De ce fait, le matelas clinique anti-escarre se choisit en fonction des risques d’apparition des escarres, ou de la présence de ces dernières. Outre cela, il est prévu qu’il assure le maximum de confort aux patients pendant leur immobilisation. Bref, ce matériel est destiné à alléger la souffrance du patient, ou à limiter l’apparition des plaies durant le temps où il est alité.

Les différents types de matelas clinique anti-escarres

Les matelas anti-escarres se déclinent en plusieurs modèles avec, la plupart du temps, une composition en Mousse polyuréthane à haute résilience (HR) de haute densité, ou en mousse viscoélastique et une housse intégrale en PVC, facile à entretenir et à nettoyer.

Un matelas statique est adopté pour la prévention des escarres. Il se démarque par sa forme s’adaptant à la morphologie et aux mouvements du patient. Son principal avantage réside dans sa capacité à réduire la pression des zones de contact, tout en optimisant la circulation sanguine à chaque changement de position.

Le matelas à air dynamique favorise le traitement des escarres. Il est équipé d’un compresseur et d’une vanne CPR qui permettent de dégonfler le matelas au besoin, pour des soins spécifiques. Il peut fonctionner en mode alternatif et en mode statique selon les besoins du patient. La pression peut être ajustée au poids et à la morphologie du patient.

Les critères de choix pour un matelas clinique anti-escarre

Le choix d’un matelas anti-escarre repose sur plusieurs critères. Ce matériel médical doit être adapté à l’état du patient et au risque d’escarres. Il faut aussi tenir compte de la composition du matelas (mousse, air et viscoélastique), ainsi que de la dimension du lit. D’autre part, le poids et la morphologie de la personne doivent être adaptés au matelas. Il en va de même de la durée de l’alitement du patient qui doit être considérée.