Bob Emploi, l’application qui met le data au boulot

L’idée d’un data scientist

En 2016, au moment de lancer son algorithme à l’assaut du chômage en France, Paul Duan a déjà roulé sa bosse. Ancien de Sciences Po puis de Berkeley, il travaille ensuite pour Eventbrite, une entreprise de la Silicon Valley. En tant que data scientist, il développe des algorithmes pour la vente de billets en ligne à longueur de journée mais cela ne lui suffit pas. Car Paul Duan a la fibre sociale. Son parcours de fils d’immigrés qui s’est élevé dans la société à force de travail est sûrement pour beaucoup dans ses orientations philanthropiques. D’autant que ses origines banlieusardes l’ont amené à être confronté directement aux difficultés sociales d’un quartier défavorisé. Quoi qu’il en soit, il décide de fonder Bayes Impact, une ONG franco-américaine développant des projets à visée humaniste, notamment dans le domaine de la justice, de la santé et de l’emploi. Après avoir fait ses classes aux États-Unis, l’ONG lance donc en France, Bob Emploi, l’application qui s’attaque à l’épineuse question du chômage.

Un projet soutenu et bienvenu

Fluidifier le marché du travail, connecter les entreprises aux candidats et surtout concrétiser les recherches d’emplois des chômeurs. Les ambitions affichées de la plate-forme Bob Emploi sont… ambitieuses. Mais elles séduisent les protagonistes du secteur. Les politiques tout d’abord. Ravis de constater que des acteurs privés se lancent enfin sur le front de la guerre contre le chômage, ils s’empressent de soutenir Bob Emploi. Les réceptions dans les institutions s’enchaînent pour Paul Duan, tout autant que les sollicitations médiatiques. Soucieuses de participer à l’effort de guerre, les fondations privées comme Google.org, Publicis ou JP MorganChase contribuent allègrement au capital de la société. Et même Pôle Emploi s’investit, en argent mais surtout en autorisant l’accès aux données anonymisées de ses inscrits pour « nourrir » l’algorithme. Convaincu par la noblesse de son projet, Paul Duan séduit tous azimuts, les financements accourent et les facilités offertes par les institutions vont permettre à l’application de démarrer sur les chapeaux de roues.

L’algorithme au travail

L’idée principale de Bob Emploi est donc de guider les utilisateurs vers le retour à l’emploi. Comment ? En utilisant les données qu’ils lui auront transmis et en les couplant à celles du marché. Cette plate-forme numérique est gratuite et ouverte à tous. Il suffit au demandeur d’emploi de rentrer les données concernant sa recherche (âge, niveau d’études, compétences, situation géographique…). A partir de ces éléments Bob Emploi détermine son profil et délivre un diagnostic. Dans un deuxième temps, il fournit de nombreux conseils sur les aspects techniques de la recherche d’emploi. CV, lettres de motivation, zone de recherche, etc… Des conseils les plus basiques aux détails qui feront la différence lors d’un entretien, le panel des suggestions est varié. D’autant que Bob ne s’arrête pas là, des offres d’emploi adaptées sont bien sûr proposées à l’utilisateur mais également des formations. La flexibilité, maître mot en matière de recherche d’emploi n’est pas oubliée par l’algorithme.

Les utilisateurs satisfaits

Conçu comme un outil supplémentaire, Bob Emploi ne se substitue pas à l’accompagnement par un conseiller. Cependant, il facilite la recherche en capitalisant sur les données des inscrits de Pôle Emploi, affine le secteur de recherche et prodigue ses trucs et astuces pour accélérer le retour à l’emploi. Depuis 2016, l’application revendique plus de 140000 utilisateurs dont 86 % se disent satisfaits. En outre, 42 % des personnes ayant retrouvé un emploi affirment que Bob Emploi a participé à leur réussite. Enthousiasmé par son projet, Paul Duan avait déclaré viser une baisse de 10 % du chômage. Même si cet objectif ambitieux n’a pas été atteint, celui-ci se dit satisfait de l’impact de l’application. De nouvelles fonctionnalités sont en gestation afin d’orienter les conseils de la plate-forme vers le travail sur les compétences. Le coaching prend notamment une place de plus en plus importante au sein de la méthode Bob et ouvre de nouveaux horizons pour l’équipe. Et Paul Duan de confirmer : « C’est juste le début de l’histoire… ».